Historique

1970

Légende texte 1970

L’intérêt pour la production de gelée royale a réellement débuté en 1947 par une collaboration entre producteur, chercheur et utilisateur

Jusque dans les années 70, la production de gelée royale constituait pour nombre de producteurs français une diversification à forte valeur ajoutée, et pour certains d'entre eux, la production principale de leur exploitation.

1980 - 1990

La gelée royale demande du savoir-faire et de la rigueur, de tenir un rythme régulier et demande beaucoup de manutention, la mécanisation n’étant pas possible. Cela entraîne un prix de revient élevé pour l’apiculteur français. La gelée royale importée commence à s’imposer par son prix bas (environ 40 fois moins cher), issue d’une main d’œuvre sous-payée, de techniques et de conditions de production moins contrôlées mais aussi de critères sanitaires ou de conservation moins strictes. De plus, l’étiquetage de la gelée royale ne laissait pas sous-entendre sa provenance (ce qui est malheureusement encore vrai aujourd’hui !). La population de cette époque, étant moins informée qu’aujourd’hui sur ces points, trouvait avantageux d’obtenir un produit qui était (ou du moins semblait) exact à un prix moindre, autant du côté des apiculteurs que du côté des consommateurs.

1995

La gelée royale n’est presque plus produite en France puisque la quasi-totalité de ce qui est consommé sur le territoire est importé : moins de 300 kg produit pour environ 100 tonnes importées. Moins d’une cinquantaine d’apiculteurs en France sont encore producteurs de gelée royale. Le savoir-faire se perd. La production française s’éteint. Face à ce constat, cinq apiculteurs vont constituer une association pour promouvoir l’intérêt d’une production française en passant de la technique à la connaissance du produit. Le Groupement des Producteurs de Gelée Royale (GPGR), association de loi 1901, est né.

2016

Aucune norme ISO (référence internationale) ne décrit la gelée royale.

La Chine aborde ce sujet en le proposant comme thème de norme à l'ISO. Plusieurs autres pays vont alors contribuer à la réflexion pour aboutir à une proposition de norme reflétant la gelée royale produite dans le monde. Le GPGR, ayant du contenu scientifique et théorique à apporter, va devenir un acteur majeur dans la création de cette norme. Finalement, en 2016, une norme ISO est validée après plusieurs années de travail : la norme ISO 12824. Cette norme comporte les spécificités de la gelée royale et implique deux types de gelée : une gelée de type 1 - fortement soutenue par le GPGR - (sans nourrissement au sucre, bien souvent ajouté pendant la période de production) et une gelée de type 2 (avec sucre artificiel).

Aujourd'hui

Après quelques vingt années d’effort, le GPGR est aujourd’hui composé d’une centaine d’adhérents qui produisent un peu plus de 2 tonnes de gelée royale, ce qui ne représentent que 1% de la gelée consommée en France. Il continue de former de nouveaux apiculteurs, de promouvoir une gelée royale de qualité et de travailler sur une meilleure connaissance de la gelée royale.

Le Groupement des Producteurs de Gelée Royale fête ses 20 ans !

  • FranceAgriMer
  • Région Rhone Alpes